07 février 2006

1. Queen - Innuendo

queen_innuendo_7745 2005 (avril-mai)

Je déchire. Des morceaux de vie, des souvenirs, je déchire.

Les lambeaux de papier, de plastique, gisent au fond d’une poubelle, s’accumulant en petit monceaux. Cette chanson, Innuendo, se joue en fond sonore. Je ne sais pas pourquoi, mais elle me semble bien plus violente que je ne la voyais auparavant. C’est comme si cette chanson hurlait les mots qui résonnaient en moi.

Les papiers sont coupés stratégiquement, pour que les mots, ou les images les plus importantes, deviennent méconnaissables.

Je m’acharne particulièrement sur les visages et les mots d’amour. J’entrevois mon visage, arborant un sourire particulièrement sincère. Je regarde une seconde, en me demandant si je souris encore de la même façon, aussi rayonnante, puis je déchire. Méticuleusement. C’est un ouvrage que je ne laisse pas au hasard.

Un relâchement dans le rythme de la chanson laisse place à une larme isolée, qui exprime à elle seule la tristesse d’en être arrivée à ce point. Mais bien vite, je reprends mon travail. Je déchire. Les morceaux de papier dansent en tombant dans la corbeille, pris dans un tourbillon destructeur. Ils semblent crier comme moi je crie intérieurement.


Purifier.

Cette boîte orange et bariolée se vide peu à peu. J’ai l’espoir qu’en la voyant vide, je puisse oublier. Oublier ce visage, oublier ces instants, oublier ces mots. Si aujourd’hui, je détruis tout, c’est parce qu’un ami me l’a conseillé. Mon amoureux du moment, en fait. Il m’a parlé de son expérience, du « feu de joie » qui l’avait aidé à passer outre. « Feu de joie », cette expression m’est restée, tant elle me semble antinomique. Qu’il y a-t-il de joyeux là-dedans ? Espérons que ça marche pour moi. Un moment, je me dis qu’une déchiqueteuse professionnelle serait plus efficace. Mais finalement, je me rends compte que le fait de tout déchirer de mes propres doigts est bien plus symbolique.

C’est terminé. C’est l’hécatombe dans la corbeille. Me sens-je plus rassurée ? Je ne sais pas. Je ne pense pas. Au contraire, j’ai peur de ce qui va venir ensuite. Peur de voir si ce geste va m’aider, ou si je vais au contraire le regretter.

Pour le moment, je ne fais que scruter les cadavres, et je reste silencieuse un bon moment. Tout a disparu.

While the sun hangs in the sky and the desert has sand
While the waves crash in the sea and meet the land
While there's a wind and the stars and the rainbow
Till the mountains crumble into the plain
Oh yes we'll keep on tryin'
Tread that fine line
Oh we'll keep on tryin' yeah
Just passing our time
While we live according to race, colour or creed
While we rule by blind madness and pure greed
Our lives dictated by tradition, superstition, false religion
Through the eons, and on and on
Oh yes we'll keep on tryin'
We'll tread that fine line
Oh we'll keep on tryin'
Till the end of time
Till the end of time

Through the sorrow all through our splendour
Don't take offence at my innuendo

You can be anything you want to be
Just turn yourself into anything you think that you could ever be
Be free with your tempo, be free be free
Surrender your ego - be free, be free to yourself

Oooh, ooh -
If there's a God or any kind of justice under the sky
If there's a point, if there's a reason to live or die
If there's an answer to the questions we feel bound to ask
Show yourself - destroy our fears - release your mask
Oh yes we'll keep on trying
Hey tread that fine line
Yeah we'll keep on smiling yeah
And whatever will be - will be
We'll just keep on trying
We'll just keep on trying
Till the end of time
Till the end of time
Till the end of time

Posté par Sawadee à 20:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur 1. Queen - Innuendo

    Tu vas faire ça avec les photos de nous sur ton PC ? ~~

    Posté par Coaswen, 27 juin 2006 à 21:46 | | Répondre
Nouveau commentaire